S’aimer mais se quitter

Cet article est plus un dialogue avec moi-même, écrire me permet souvent de prendre conscience des choses sur lesquelles je n’ouvre pas les yeux lorsque je laisse mes émotions prendre le dessus sur mon cerveau.

Avec mon copain, ou du coup mon ex copain même si c’est encore dur à avouer, on a rompu alors qu’on s’aimait encore. Comment expliquer un tel choix ? On s’aime mais on se fait la guerre : engueulades à répétitions. Je pars loin dans quelques semaines et le temps ne nous permettra pas de réparer les pots cassés qui s’entassent.

On s’est quittés, en pleurant dans les bras de l’un et de l’autre, je ne souhaitais pas rester ce soir là mais je suis pourtant restée. Ce n’était peut être pas la meilleure idée. Car tout allait mieux que les autres fois ce soir là, on a laissé nos sentiments et nos émotions sortir et c’était alors plus pur, plus sain. Mais on s’est séparés. Et pourtant tu as planté une idée dans ma tête : celle qu’on se retrouverait dans quelques années, celle que j’étais encore « ton coeur » même au moment des adieux, celle qu’on resterait en contact, celle qu’on se reverrait avant que je parte, celle que tu viendrais me voir loin, celle qu’un jour tu m’emmènerais en voyage loin comme tu me l’avais promis. Bref cette idée c’est celle qu’on restait ensemble alors que notre décision devait être le contraire.

Tu as planté cette idée dans ma tête et je n’arrive donc pas à tourner la page, à te considérer dans le passé, à me dire que c’est fini, que C’ETAIT les adieux et qu’il n’y en aura pas d’autres avant que je parte.

Tu as planté cette idée alors que moi j’ai planté l’autre dans ta tête : j’ai voulu te dire qu’il ne valait mieux pas rester en contact, pas se revoir tout de suite.

On a planté les idées inverses et j’ai l’impression de t’avoir convaincue des miennes et d’être convaincue par les tiennes. Le résultat est que c’est moi qui semble rester coincée dans cette relation, je t’en ai libéré mais tu m’y as enfermée.

C’est assez contradictoire : je t’en veux que tu devines pas que je vais mal et que tu ne sois pas là, mais en même temps c’est mon choix et je sais que l’on ne doit pas revenir l’un vers l’autre. Je sais que l’on doit se quitter mais se quitter c’est prendre le risque de ne jamais se retrouver.

Mais j’ai aussi peur que l’on ne se quitte pas vraiment, en restant sur la manière dont on l’a fait avec tristesse, regret et manque anticipé. J’aurais toujours l’impression qu’une partie de moi t’attend ou que c’est son devoir. Parler aujourd’hui de se voir demain ce n’est pas se quitter, c’est repousser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :